Lancement hier du processus de la revue stratégique nationale «Faim zéro » : Engagement résolu pour l’atteinte de l’objectif ‘’Faim zéro’’ d’ici 2030

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba a procédé hier au lancement du processus de la revue stratégique nationale « Faim zéro ». Il s’agit, à travers ce processus, d’explorer les issues nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger.

Le processus d’examen stratégique « faim zéro » a été initié dans la perspective d’assurer la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de promouvoir l’agriculture durable au Niger comme dans plusieurs autres pays du monde avec l’appui du Programme Alimentaire Mondial. Il consiste entre autres à faire un état des lieux sur la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger en faisant ressortir les évolutions récentes et les tendances à venir ; à analyser la pertinence des politiques et mesures en matière de sécurité alimentaire eu égard aux objectifs-ciblés et indicateurs de performance retenus pour l’ODD2 et à faire des recommandations d’amélioration de la conception et de la mise en œuvre de ces politiques ; à analyser les politiques sectorielles en vue de dégager leur contribution à la réalisation de l’ODD2 et recommander le renforcement de leur pertinence et de leur mise en œuvre ; à définir des mesures prioritaires à renforcer ou à envisager pour une amélioration significative de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et une accélération du développement agricole durable à l’horizon 2030.

C’est dans ce cadre que le gouvernement a mis en place un dispositif institutionnel comprenant un comité interministériel de Pilotage de l’examen stratégique (CIP) ; un Comité Technique de l’examen stratégique (CT) ; un facilitateur du processus de la revue « faim zéro » ; une équipe de recherche composée de deux (2) consultants mobilisés et coordonnés par un bureau d’études national (REDES), en appui au facilitateur et au Comité Technique ; un point focal PAM qui appuie techniquement le processus. Les résultats des travaux permettront de prendre des mesures conséquentes dans la perspective de l’accroissement des investissements relatifs aux interventions nutritionnelles en particulier et au renforcement des réponses dans le secteur du développement social en général.

A l’ouverture de cette revue, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a rappelé que le Niger est partie prenante au plan international dans l’agenda 2030 pour le Développement Durable initié par les Nations Unies en septembre 2015 portant sur un programme bâti autour de dix-sept (17) Objectifs de Développement Durable (ODD) dont l’objectif n°2 (ODD2) vise à « éliminer la faim, à assurer la sécurité alimentaire, à améliorer la nutrition et à promouvoir l’agriculture durable » à l’horizon 2030. Au plan régional, les populations Africaines sont constamment confrontées à des multiples situations de crises dont les plus pressantes sont liées à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Concernant le Niger, M. Albadé Abouba, a rappelé que dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative « 3N », les résultats enregistrés de 2011 à 2015 justifient la nécessaire consolidation des acquis et l’accélération de la mise en œuvre effective de stratégies sur la période 2016-2021, en vue de l’atteinte de l’objectif « faim zéro ».

Auparavant, le représentant résident du PAM au Niger, M Sory Ibrahim Ouane a noté que son institution œuvre aux côtés du gouvernement et des autres partenaires pour atteindre l’objectif de faim zéro d’ici 2030. Il a souligné que les activités de résilience, menées en partenariat avec le gouvernement de la République du Niger, et avec les autres agences des Nations Unies dans les communes de convergence, ont contribué depuis 2014, à récupérer 80.000 hectares de terres dégradées tandis que 250.000 personnes ont bénéficié des ouvrages ainsi réalisés. Selon M Sory Ibrahim Ouane, toutes les réalisations reflètent la bonne collaboration avec le gouvernement nigérien. Et il est important de renforcer les acquis et de systématiser l’expérience avec l’appui des partenaires techniques et financiers.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*